Images & Documents du Revest-les-Eaux

Des photos sur des cartes
Un inventaire collaboratif illustré et géolocalisé du patrimoine de notre commune

AccueilDompter l'eau

Le château de la Ripelle

Le-chateau-de-la-Ripelle.jpg La salle verteMiniaturesLes Eaux du LasLa salle verteMiniaturesLes Eaux du LasLa salle verteMiniaturesLes Eaux du LasLa salle verteMiniaturesLes Eaux du LasLa salle verteMiniaturesLes Eaux du Las


Le terroir de La Ripelle fait partie de l’ancien fief de Tourris. Sous cette dénomination étaient réunis les quartiers que l’on trouve sur le cadastre du Revest de 1828 : La Ripelle au centre, La Danillone, La Cordière, voire La Massillonne, à l’ouest et le quartier de La Moutte, à l’est, auxquels il faut ajouter la partie de La Moutte figurant sur le cadastre de La Valette.



Très tôt, les seigneurs de Tourris avaient donné cette grande « pièce » à bail emphytéotique perpétuel à des particuliers qui, moyennant un cens, l’occupaient et l’exploitaient tout en restant sous la directe du seigneur.



En septembre 1555, nous avons la connaissance de l’octroi d’un nouveau bail pour la propriété dite « La Ripèle » à Antoine Augias de La Valette. Puis, en 1569, le bail est cédé au sieur Thomas de Sainte-Marguerite.



A partir de 1600, toutes les terres de Tourris, soumises à nouveau bail, sont inscrites sur les cadastres du Revest et de La Valette suivant leur valeur et la proximité de l’une et l’autre commune. C’est ainsi qu’une partie de « La Ripèle » s’acquitte de la taille à La Valette, tandis que l’autre « paye au Revest ».



Appelée aussi La Thomasse, en raison vraisemblablement de son appartenance aux Thomas de Sainte-Marguerite, la terre va commencer à être morcelée entre plusieurs emphytéotes, mais en 1684, l’occupant principal est un noble, Honoré de Rippert, écuyer, seigneur de Carqueiranne.



A partir de 1704, le mariage de Gabrielle, veuve Ripert de Carqueiranne et l’Escaillon, avec Joseph Thomas de La Valette, fait passer la terre aux mains de cette famille qui la cédera, en même temps que tous ses biens valettois, vers 1760, à un bourgeois toulonnais, Pierre-Jean Isnard Cancelade.



La Révolution supprime le fief de Tourris. Le dernier seigneur, M. Joseph Aguillon, perd tous ses droits seigneuriaux sur les terres cédées à bail emphytéotique perpétuel qui deviennent la propriété définitive des exploitants. En 1791, toutes les terres de Tourris sont réparties sur les territoires du Revest et de La Valette.



En 1790, Pierre Jean Isnard devient le premier maire de La Valette, élu selon le nouveau mode de recrutement des municipalités. Ayant embrassé la cause du Fédéralisme, il émigre en 1793 et décède à Marseille, en frimaire an V (décembre 96) sans être revenu à La Valette. Ses biens, réquisitionnés, appartiennent à la Nation, mais, à partir de 1800, ses enfants, Jean Maximilien, Charlemagne et Marie Françoise, âgés de 14 et 9 ans, en obtiennent d’abord la jouissance, avant de les récupérer définitivement. Ce sont eux qui céderont la terre de La Ripelle à Louis Henri Amédée de Gantès, capitaine de Frégate à Marseille que l’on retrouve propriétaire dans le cadastre de 1828.



Le domaine de La Ripelle se compose alors de jardins, d’un bastidon, d’une bastide avec moulin à huile, patège* et écuries. Plus tard, le 27 septembre 1842 , viendront s’ajouter une bergerie et vanade** situées tout au Nord du domaine. En 1856, le domaine est cadastré au nom de Louis Charles Fabre (qui devrait avoir fait aménager vers 1880 le château dans son style actuel, avec les tourrelles), puis en 1918, au nom de Joseph Louis Fabre, chef d’escadron au 38ème d’artillerie à Toulon.



Le domaine de La Ripelle reste dans la famille Fabre jusqu'en 1960. La totalité du domaine est vendue, mais le Groupe Mornay n'en achète que le château qu'il transforme en hôtel de vacances pour ses cadres retraités.



Jean-Claude Grosse et sa troupe vont sortir le château de sa léthargie : dans le cadre du Festival de l'été, les représentations des 4 saisons du Revest se feront remarquer par une mise en scène originale et un décor spectaculaire, lors de plusieurs créations théâtrales : en 1986 (Les tragédiennes sont venues) et en 1989 (La locandiera, Médéa, Midi à nos portes).



Le Conseil général du Var rachète le château dans les années 1990. Les projets d'action culturelle n'aboutissent pas, et aucun entretien n'y étant effectué, les bâtiments se dégradent. En 2007, le Département envisage la cession. On y parle alors d'activité touristique, d'hôtellerie. Mais rien ne s'y est fait depuis 27 ans. Et La Ripelle se meurt, doucement.



*Patège : aire de battage (écrit pategue),


 ** Vanade : bercail, hangar (écrit vanado).


 



 



Sources : Recueil AVR 2006 Balade au château de La Ripelle, articles d'Igor Fédoroff et Jean Gabiot

Pour aller plus loin : http://revestou.fr/album/photos/AVR-Livres-et-Recueils/chateau-ripelle-et-mont-combe.pdf

http://revestou.fr/pages/020-la-ripelle-le-domaine-de-la-ripelle-depuis-1700-fr.php


 


Etape 1: Ecrire le message
Erreur ! Entrer un texte.
Titre* :
Erreur ! Entrer un texte.
Message* :
Etape 2: Modifier les informations
Erreur ! Entrer un texte.
Erreur ! Entrer une adresse email valide.
Expéditeur* :
Erreur ! Entrer un texte.
Erreur ! Entrer une adresse email valide.
Destinataire* :
Ajouter un destinataire
Etape 3: Options
Format d'email :
Durée de validité :
Etape 4: Envoyer la carte virtuelle !
* Champs obligatoires
Cliquez ici pour envoyer une carte virtuelle

Copyright
non disponible
Mots-clés
acqueduc, château, ripelle
Ajoutée le
Samedi 4 Mars 2017
Visites
525
Location
Voir dans OpenStreetMap
Score
pas de note
Notez cet item

5 commentaires

Ajouter un commentaire

  • Marie-Hélène - Lundi 27 Mars 2017 20:00Répondre
    Je crois que oui. Une phrase devrait suffire pour l'évocation du centre de vacances de la maison de retraite, Les spectacles des 4 saisons du Revest aussi sont à évoquer, d'autant que la photo provient du blog de Jean-Claude Grosse. Le rachat par TPM et le CG aussi, avec l'usage actuel de stockage de collections archéologiques. Mais alors il faut retrouver les dates de tout cela. Je peux te donner une idée pour les spectacles des 4saisons.
  • Marie-Hélène - Lundi 27 Mars 2017 20:10Répondre
    Spectacles des 4 Saisons du Revest, dans le cadre du Festival de l'été, en 1986 (Les tragédiennes sont venues) et en 1989 (La locandiera, Médéa, Midi à nos portes)
  • Katryne - Lundi 27 Mars 2017 20:52Répondre
    J'ai retrouvé un article de Var matin de 2007 sur la remise en vente de La Ripelle (qui n'a pas abouti). L'encart historique reprend des éléments d'un mystérieux projet européen Vistoria (Paysages historiques de l'Europe), lequel a puisé sa science chez Fédoroff, lequel errait un peu quand même, avant que Jean Gabiot ne fasse aboutir des recherches plus poussées. Vous suivez, là ?
  • Katryne - Lundi 27 Mars 2017 21:31Répondre
    Je viens de refaire la notice. J'ai l'impression que la 1ère partie est un peu longuette, avec toute la généalogie des anciens propriétaires. Et je ne suis pas sure du ton pour la partie sur les 4 saisons. Je n'ai jamais eu le style des critiques d'art ...
  • Marie-Hélène - Lundi 27 Mars 2017 22:50Répondre
    Effectivement, la première partie est un peu longue. Peut-être peux-tu faire du 2 en 1 en citant les noms des propriétaires successifs sans entrer dans le détail des cessions, mariages,etc. en ne gardant que les plus significatifs. Pour les 4 saisons du Revest, c'est parfait.
Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 476170
Consultations des 10 dernières minutes : 16
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 122
Nombre de consultations d'hier : 453
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 29
Visiteurs des 60 dernières minutes : 5
Visiteur(s) récents: 2