Images & Documents du Revest

Certains albums sont équipés de pages associées qui offrent un éclairage complémentaire aux images et pdf. Un clic sur l'encadré écrit en vert au dessus des vignettes vous y emmène, et de là, un clic sur le titre de l'album vous en fait revenir. Il peut y avoir plusieurs pages associées pour un album, les pages peuvent être associées à plusieurs albums.

Certains documents de cette page peuvent être au format PDF. Selon votre équipement informatique, ils s'afficheront intégrés dans la page du site, ouverts dans un onglet séparé du navigateur ou dans le lecteur de pdf local ou bien encore téléchargés. Sur vos téléphones, par exemple, un PDF est d'abord téléchargé avant de pouvoir être lu.

13/31
HomeFaire l'actualitéLes 30 ans des AVR30 sites

Le Grand Cap et le lapiaz

Le-Grand-Cap-et-le-lapiaz.jpg Les foursThumbnailsLe sommet du Mont CaumeLes foursThumbnailsLe sommet du Mont CaumeLes foursThumbnailsLe sommet du Mont CaumeLes foursThumbnailsLe sommet du Mont Caume


Enfants des Collines, nous partions parfois à l’aventure dans le Grand Cap.



Partir à l’aventure, ce n’était pas excessif : nous allions vers un monde fantastique. Après avoir quitté Jojo Cacao (notre Joseph Martin) qui prenait souvent le soleil sur une restanque à la Ripelle, on croisait la peu souriante Fine Guigou (la Bergère) qui nous guettait sur le plateau de Tourris. Puis nous traversions le Hameau des Olivières dont les ruines étaient déjà peuplées de fantômes.

Alors nous montions dans « Le Cap » par la carrière de marbre et le vallon des grandes sambles (vallon du Cierge). Le chêne kermès (Avàu), le genêt d’Espagne (Gineste), le genêt piquant (Argèiras) et la salsepareille (Sarreta) étaient rapidement remplacés par du chêne vert (Tousca) et du chêne blanc (Rouve). Un romarin (Roumanieu) par ci par là cachait un lézard vert (Limbert). Parfois nous surprenions un geai (Gai) ou une belette (Moustello). Sur le sommet du Cap, il n’était pas rare de rencontrer un lièvre (Lèbre) ou des perdreaux (Perdigau). L’hiver, c’était le passage des grives (Tourdre, Siblaire, Cha-cha et Sèiro) et des pigeons (Pijoun) qui nous faisait marcher le regard vers le ciel.

Si le retour se faisait à la nuit, dans les chênes verts nous entendions les lérots (Garri-gréu) très bruyants et «musiciens». Le micocoulier (Falabreguie) nous attendait devant notre maison : une fois encore nous n’avions pas rencontré Madeleine dont la silhouette brune hantait le Grand Cap et la Maison des Hommes Vivants (livre de Claude Farrère publié en 1911).



Source : Texte de Claude Chesnaud paru dans l'Édition spéciale AVR - Balade au Grand Cap 2005 https://photos.revestou.fr/picture?/grand-cap/category/104-livres_et_recueils_avr


Dimensions
1600*1155
File
Le-Grand-Cap-et-le-lapiaz.jpg
Filesize
793 KB
Visits
1940
Downloads
120
Copyright
N/A
Image id
289

0 comments

Add a comment

Droits d'utilisation - Nous citons toujours avec respect et correction nos sources et références. Nous aimerions bien que vous en fassiez autant quand vous nous empruntez photos et documents. En suite d'abus qui nous ont été signalés, nous changeons dès à présent la politique de partage traditionnelle de tous nos sites. Désormais, sauf exception expressément signalée, tous nos écrits, documents, photos et conception de site sont partagés sous la licence Creative commons : CC BY-SA 4.0 Attribution - Partage dans les mêmes conditions.

Voir aussi : Avis à nos lecteurs.

Pour tout renseignement, contactez-nous en cliquant ICI.

Merci de votre fidélité et de votre amitié.
Amis du Vieux Revest | Loisir & Culture