Un inventaire collaboratif illustré et géolocalisé du patrimoine de notre village
Du haut de la tour
 

1906 Le terrible incendie du Mont-Caume

1906-incendie-du-Mont-Caume.jpg ThumbnailsThumbnailsThumbnailsThumbnailsThumbnailsThumbnailsThumbnails


Du 22 au 25 août 1906, un terrible incendie ravagea le Mont-Caume. Trois soldats perdirent la vie. 400 hectares brûlèrent sur Le Revest et 800 sur Toulon.





La semaine dernière, un violent incendie s’est déclaré dans les forêts du Mont-Caoume, près de Toulon, où il a sévi pendant trois jours, causant un véritable désastre, malgré la promptitude et l’énergie des efforts multipliés pour l’éteindre ou tout au moins le circonscrire.





Dés le début, le sous-préfet avait pris, de concert avec les colonels de l’infanterie de ligne et de l’infanterie coloniale, toutes les mesures que commandaient les circonstances ; ils dirigeaient eux-mêmes les opérations entreprises par les troupes réquisitionnées contre le feu qui, sous l’action du vent, gagnait rapidement du terrain, dévorait bois et broussailles sur une étendue considérable, atteignait les champs voisins, immense foyer éclairant, la nuit, de ses lueurs sinistres, la ville et les faubourgs.





Fantassins, coloniaux, artilleurs, marins de l’escadre, rivalisèrent d’endurance et de vaillance dans cette lutte pleine de périls ; ils comptèrent de nombreux blessés et trois d’entre eux devaient tomber, victimes du devoir.





Le 23, au soir, en combattant le fléau qui redoublait d’intensité entre la commune du Revest, le hameau des Pomets et le fort du Mont-Caoume, les soldats Rougon, originaire de la Seyne (Var), Davayat, du Puy-de-Dôme, et Gabriel, de Gémenos (Bouches-du-Rhône), tous trois appartenant à la 3e compagnie du IIIe de ligne, étaient brusquement enveloppés d’une épaisse fumée et tombaient dans le brasier incandescent, sous les cendres duquel on les retrouva carbonisés, presque méconnaissables.





Ce même jour, 25 août, le feu s’éteignit enfin, et l’on pouvait se rendre compte de l’importance des dommages matériels. Des petits propriétaires, des paysans ont eu leurs récoltes, leurs oliviers, leurs vignes, leurs vergers complètement détruits. La commune du Revest a perdu 400 hectares de forêts, la commune de Toulon plus de 800.





Source : article du 1er septembre 1906 dans L'Illustration - articles des 23 au 26 août du Petit Var

Pour aller plus loin : Bulletins AVR  7,9 et 11, repris sur le site Revestou  http://revestou.fr/pages/083-incendies-le-terrible-incendie-daout-1906-au-mont-caume-fr.php


Total hits: 1243684
Most recent 10 minutes hits: 46
Current hour hits: 308
Yesterday hits: 6694
Last 24 hours visitors: 306
Current hour visitors: 70
Recent guest(s): 18